fargesia robusta campbell

Fargesia robusta ‘Campbell’: Une Star des Jardins Tempérés ! Guide Complet

Partager cet article:

Fargesia robusta ‘Campbell’ est un bambou non traçant très utilisé dans les jardins tempérés pour faire des haies ou des massifs. C’est le bambou du genre Fargesia qui monte le plus haut, après Fargesia angustissimaDans cet article, vous allez découvrir les qualités de ce bambou non traçant et comment le cultiver.

Fargesia robusta ‘Campbell’, un bambou non traçant très apprécié

Exemple Fargesia robusta ‘Campbell’ – Plantation mai 2022 – Photo octobre 2022:

Fargesia robusta campbell photo
  • Hauteur moyenne: 110-140 cm
  • Diamètre d’1 plant: 50-60 cm
Nom latinFargesia robusta ‘Campbell’
OrigineChine
Rusticité-20°C
ExpositionSoleil, mi-ombre
Hauteur4-5 mètres
Diamètre des chaumes2,5 cm max
RhizomesNon traçants

Avec son port droit, sa rusticité, sa taille moyenne et ses rhizomes non traçants, le bambou Fargesia robusta ‘Campbell’ présente toutes les qualités pour réaliser une belle haie ou un massif rapidement.

En plus de toutes ses qualités agronomiques, c’est aussi une très belle plante: Fargesia robusta ‘Campbell’ a la caractéristique de conserver ses gaines protectrices accrochées aux chaumes plusieurs semaines après la croissance du jeune chaume. Celles-ci prennent une couleur blanchâtre et laissent apparaître une partie du chaume bien vert à chaque entrenœud, ce qui lui donne un effet zébré, comme un micado. Les gaines finissent ensuite par tomber, laissant apparaitre les longs chaumes bien verts et rectilignes.

Si vous recherchiez un bambou non traçant avec une croissance rapideFargesia robusta ‘Campbell’ est le bon choix. En démarrant de bambous d’environ 80 cm de hauteur dans des pots de 5 litres et en les espaçant de 80 à 100 cm lorsque vous les plantez, vous pourrez former une haie occultante en 2 ans environ. En effet, même si les rhizomes sont non traçants et se propageront très lentement, c’est surtout le feuillage qui prendra rapidement en volume. Les bambous espacés de 80 à 100 cm a départ se toucheront alors, formant une belle haie brise-vue. A termes, avec un espacement d’1 mètre et en fonction des conditions de culture, les chaumes se rejoindront aussi complètement en bout de 5 à 10 ans.

Un bambou consommé par le panda géant en Chine

panda geant bambou fargesia

En Chine, la réserve de Wolong se situe entre le bassin du Sichuan et les hauts plateaux tibétains. Elle se caractérise par une grande variation topographique, climatique et pédologique. La faune et la flore y sont aussi très diversifiées, et c’est l’une des plus grandes réserves naturelles établies pour la protection du panda géant. Sous un couvert de forêt, des espèces de bambou à feuilles persistantes dominent. Il y a 7 espèces de bambou indigènes dans cette réserve, mais 2 d’entre elles constituent la nourriture principale du panda géant: Bashania faberi et Fargesia robusta(Tuanmu et al., 2010)

Comment cultiver le bambou Fargesia robusta ‘Campbell’ ?

Choix du type de sol et de l’exposition 🌱

Pour de meilleurs résultats, l’idéal est que vous plantiez votre bambou Fargesia robusta ‘Campbell’ dans une terre riche et bien drainante.

Comme presque tous les bambous, il ne faut surtout pas le planter dans des sols hydromorphes (qui connaissent des épisodes prolongés d’excès d’eau). Evitez aussi les terres salines, et celles qui ont un taux d’argile trop important. D’une manière générale, on choisira idéalement un sol avec une terre dont la texture est limono-sableuse. 

Même si le bambou Fargesia robusta ‘Campbell’ est le plus résistant du genre Fargesia et qu’il peut donner des résultats satisfaisants lorsqu’il est exposé au vent et/ou qu’il est en plein soleil, il se développera mieux à l’abri du vent. Dans les régions chaudes, il donnera aussi des meilleurs résultats à la mi-ombre.

Comment planter un bambou Fargesia robusta ‘Campbell’ ?

Plantation en pleine terre

Voici les étapes que vous pouvez suivre pour la plantation en terre de votre bambou Fargesia robusta ‘Campbell’:

  1. Retirer le bambou de son pot en faisant attention à ne pas rompre la liaison entre la base du chaume et le rhizome. La meilleure technique consiste à prendre les chaumes d’une main et de taper d’un coup sec sur le rebord du pot pour le faire tomber.
  2. Tremper la motte dans un seau rempli d’eau si vous voyez que celle-ci est sèche.
  3. Faire un trou faisant environ 2 fois le diamètre de la motte, et 5 cm plus profond
  4. Mettre le motte dans le milieu du trou en l’orientant de la meilleure manière
  5. Reboucher le trou avec la terre retirée, en ajoutant du terreau si votre terre est argileuse pour un meilleur démarrage.
  6. Arroser abondamment pour éliminer les éventuelles bulles d’air entre la terre et la motte
  7. Ajouter un paillage de mulch ou de miscanthus broyé

Plantation en pot

Pour la plantation en pot, vous pouvez suivre les étapes suivante:

  • Vérifier que le pot est bien percé dans le fond. Si ce n’est pas le cas, percez plusieurs trous pour que l’eau puisse bien s’évacuer. Rappelez-vous: les bambous n’aiment pas l’excès d’eau.
  • Mettre 5-10 cm de billes d’argile dans le fond
  • Déposer une feuille géotextile
  • Recouvrez que quelques centimètres de terreau
  • Déposer la motte au milieu du pot
  • Remplir le pot d’un mélange de terreau universel, éventuellement mélangé avec de la terre de jardin
  • Arroser abondamment, et rajouter du terreau si besoin. La motte doit être recouverte de 2-3 cm de terreau.

Apport d’engrais

L’apport d’engrais à votre bambou Fargesia robusta ‘Campbell’ doit se faire au moins à 2 périodes:

  • Au printemps, avant la sortie des nouvelles pousses, appliquez un engrais azoté en suivant le dosage inscrit sur l’emballage. En général, un engrais pour gazon fera bien l’affaire (le bambou est une graminée).
  • A l’automne et en sortie d’hiver, on privilégiera un engrais riche en phosphore et potassium pour les rhizomes. Vous pouvez aussi apporter des amendements organiques aux pieds de votre bambou, comme du fumier par exemple.

Arrosage

L’arrosage de votre Fargesia robusta ‘Campbell’ doit se faire avec précision, surtout s’il est cultivé en pot. En cas de manque d’eau, ses feuilles se replieront sur elles mêmes et il finira par sécher. En cas d’excès d’eau, les feuilles vont flétrir et prendre une couleur blanchâtre-marron.

La quantité d’eau à apporter à votre bambou dépend de nombreux facteurs, tels que la température, l’exposition, le substrat, la taille de votre bambou, etc… Il n’est donc pas possible de donner une quantité exacte. Si vous souhaitez savoir quand arroser votre bambou, le plus simple est de respecter la règle suivante:

  • Lorsque les 2-3 cm de terre/terreau à la surface sont secs, vous pouvez arroser jusqu’à tremper complètement la terre
  • Lorsque la surface est déjà mouillée, il ne faut pas ré-arroser.

Floraison de Fargesia robusta ‘Campbell’

Comme expliqué dans mon article sur la floraison du bambou, les bambous ligneux peuvent fleurir de manière sporadique (quelques chaumes dans un peuplement, souvent lié à des facteurs environnementaux), mais aussi grégaire. La floraison grégaire intervient tous les 40 à 120 ans en fonction des espèces, et est généralement suivie de la mort de l’espèce qui fleurit.

Pour le Fargesia robusta, un cycle de floraison de 37 ans a été observé. (Carter et al., 1999)

Vous savez maintenant tout sur le Fargesia robusta ‘Campbell’. Avec un bambou avec autant de qualités, il y a peu de risque que vous vous trompiez. Il se développera bien dans presque toutes les situations, et donne un résultat très esthétique.

Sources:

Carter, J., Ackleh, A. S., Leonard, B. P., & Wang, H. (1999). Giant panda (Ailuropoda melanoleuca) population dynamics and bamboo (subfamily Bambusoideae) life history: a structured population approach to examining carrying capacity when the prey are semelparous. Ecological Modelling123(2-3), 207-223. [En ligne] Disponible ici

Tuanmu, M. N., Viña, A., Bearer, S., Xu, W., Ouyang, Z., Zhang, H., & Liu, J. (2010). Mapping understory vegetation using phenological characteristics derived from remotely sensed data. Remote Sensing of Environment114(8), 1833-1844. Disponible ici