Bambou en fleur (Photo: Mogens Engelund, CC - BY SA 3.0)

Floraison du Bambou Expliquée de A à Z

Partagez ce contenu à vos amis:

Auteur: Mathieu Gilard

Avez-vous déjà vu des fleurs de bambou ? La floraison du bambou se fait de manière grégaire pour la plupart des espèces. Il s’agit d’un phénomène rare qui intervient généralement après plusieurs dizaines d’années, et qui provoque la mort du bambou.

Dans cet article, je vais répondre à la question : Le bambou fait-il des fleurs ?

Nous verrons aussi en fin d’article que certaines espèces de bambou fleurissent sans produire aucune graine viable, mais se reproduisent quand même grâce à un phénomène très peu connu.

🛈 Réponse en résumé – Le bambou fait-il des fleurs ?

Les bambous sont des graminées et sont anémophiles (pollinisés par le vent). La floraison du bambou peut se faire de 3 manières:

  • Grégaire: Cette floraison synchrone (floraison simultanée) a lieu tous les 60 à 120 ans pour la plupart des espèces. La floraison grégaire est généralement suivie par la mort du bambou.

  • Sporadique: Seulement quelques chaumes, ou quelques touffes du peuplement de bambou fleurissent

  • Annuelle: La plupart des espèces de bambou herbacé fleurissent annuellement.

Certaines espèces de bambou ne se reproduisent jamais à partir de la floraison mais passent par une autre stratégie: le rajeunissement asexué.

La majorité des espèces de bambou font des fleurs de manière grégaire

La floraison grégaire est inscrite génétiquement dans le bambou

Les bambous sont des graminées et sont des plantes anémophiles. Autrement dit, ils sont pollinisés par le vent.

Pour la plupart des espèces de bambou, la floraison a lieu sur des intervalles de temps espacés de 40 à 120 ans. 

C’est un phénomène physiologique qui est généralement imprévisible, insaisissable et incontrôlable. (Lin et al., 2010)

Inflorescence Bambusa oldhami 2
Inflorescence Bambusa oldhami
Inflorescence Bambusa oldhami (credit photo: Lihua Jiang)

🛈 Au sein d’un même genre, les cycles de floraison des différentes espèces peuvent varier considérablement. Par exemple, le cycle de floraison des différentes espèces du genre Arundinaria varie de 10 à 60 ans, le cycle de floraison des espèces du genre Bambusa varie de 30 ans à 150 ans, pour celles du genre Chusquea, l’écart va de 12 à 70 ans, pour les Phyllostachys de 13 à 120 ans, etc…

Il y a aussi des différences de durées des cycles de floraisons entre les différents clones (variétés ou cultivars) d’une même espèce. Cependant, l’écart est moins important qu’entre les différentes espèces d’un même genre.

Dans un peuplement de bambou, les floraisons grégaires commencent généralement par une floraison sporadique (voir point suivant). La floraison sporadique continue ensuite à se propager sous forme de plusieurs vagues pendant plusieurs années (2-3 ans ou plus). Enfin, une troisième phase de petites zones de floraisons sporadiques terminera ce cycle de 3 phases.

Cette floraison grégaire est inscrite dans les gènes du bambou, comme une horloge interne avec une date de floraison programmée. En effet, une variété donnée peut fleurir et mourir partout à travers le monde en même temps s’il s’agit de clones d’une même plante mère. (Singh, 2019)

Le bambou Phyllostachys bambusoides Sieb & Zucc fleurit tous les 120 ans !

🛈 L’espèce de bambou Phyllsotachys bambusoides Sieb & Zucc est connue pour avoir l’une des périodes de floraison les plus longues (120 ans). Cependant, cette période n’a été estimée que sur la base de documents anciens et non sur de réelles observations. (Isagi et al., 2017)

Autres exemples de périodes de floraison

Espèce

Cycle de floraison (années)

Bambusa balcooa

35-45

B. bambos

45

B. tulda

30-60

Dendrocalamus giganteus

40

D. hamiltonii

30-40

D. longispathus

30-32

M. baccifera

45-50

Ochlandra ebracteata

7

Sinarundinaria wightinana

1

Phyllostachys bambusoides

120

(Singh, 2019)

Dendrocalamus giganteus floraison sporadique
Floraison sporadique du bambou Dendrocalamus giganteus

Après avoir fait des fleurs de manière grégaire, le bambou meurt

Les floraisons grégaires nécessitent une énorme quantité d’énergie pour produire les fleurs et les graines sur de larges surfaces. Ceci entraîne donc dans la plupart des cas la mort de la plante sur toute la surface autrefois occupée. Les graines issus de cette floraison pourront permettre le renouvellement du peuplement en quelques années.

Des floraisons sporadiques peuvent aussi avoir lieu

Bambou en fleur
Bambou en fleur (Joi Ito de Inbamura, Japan, CC - BY - CA 2.0)

Certaines espèces de bambou produisent aussi des floraisons sporadiques, en plus de la floraison grégaire. Cette floraison sporadique est généralement provoquée par des facteurs environnementaux (manque d’eau, froid, etc). C’est par exemple le cas des bambous nains du genre Sasa.

Dans une floraison sporadique, le plus souvent quelques chaumes ou quelques touffes seulement du peuplement produisent des fleurs.  

Ce type de floraison produit rarement des graines viables pour la régénération du bambou, mais les plantes meurent très rarement à la suite de celle-ci.

Les bambous herbacés fleurissent généralement annuellement

Bambou herbacé Olyra latifolia L.
Bambou herbacé Olyra latifolia L.

Enfin, la plupart des bambous herbacés sont polycarpiques, c’est-à-dire qu’ils peuvent produire plusieurs floraisons successives (généralement annuelles) sans pour autant mourir. Les graines issues des floraisons annuelles des bambous herbacés ne sont généralement pas viables.

🛈 Cependant il ne faut pas confondre les floraisons annuelles avec les floraisons qui se prolongent sur plusieurs années. Par exemple, le bambou Pseudosasa amabilis a une floraison grégaire qui s’étale sur environ 15 ans, ce qui pourrait nous faire croire qu’il s’agit d’une floraison annuelle.

Floraison irrégulière: L’exemple du bambou Moso (Phyllostachys edulis)

Un cycle observé de 67 ans…

Le Moso (Phyllostachys edulis) est une espèce de bambou géant monocarpique (plante qui ne fleurit qu’une seule fois avant de mourir). C’est un bambou originaire de Chine avec une croissance très rapide, pouvant atteindre plus de 20 mètres de hauteur.

Le Moso fleurit de façon synchrone (floraison simultanée), suivie de la mort généralisée de tous les bambous d’une grande zone dans la plupart des cas.

En 1979 par exemple, une étude a déterminé un cycle de floraison de 67 ans sur un peuplement de bambou Phyllostachys pubescens à Yokohama et à Kyoto. Les semis étaient originaires d’une floraison ayant eu lieu à Nakasato au centre du Japon en 1912. Etant donné la distance importante entre Yokohama et Kyoto, la floraison était donc déterminée par un facteur génétique et non par des facteurs environnementaux. (Isagi et al, 2017)

Phyllostachys edulis (Mosochiku, CC - BY -SA 3.0)
Phyllostachys edulis (Mosochiku, CC - BY -SA 3.0)
Graines du bambou Phyllostachys pubescens
Graines du bambou Phyllostachys pubescens (credit photo: Lihua Jiang)

… Mais certains peuplements de Moso n’ont pas fleurit depuis plus de 200 ans !

Cependant, les bambous Phyllostacchys edulis ont des cycles de floraison très variables en fonction des localisations: En effet, d’autres données montrent que P. edulis n’a pas fleurit à Fenghua, dans la province du Zhejiang en Chine depuis plus de 200 ans ! Ceci peut être dû à l’influence de facteurs environnementaux, en particulier dans des plantations gérées par l’homme.

Le bambou repart-il à partir de ses graines après une floraison ?

Une reprise de moins de 10% à l’état naturel, jusqu’à plus de 70% en pépnière

Après une floraison sporadique ou une floraison annuelle du bambou, les graines produites ne sont pas viables dans la plupart des cas.

Par contre, pour les floraisons grégaires, les graines peuvent germer si elles sont dans de bonnes conditions.

Le bambou présente donc bien un mode de reproduction sexué, même si son principal mode de reproduction est asexué par la propagation de ses rhizomes.

Graines du bambou Gigantochloa sp.
Graines du bambou Gigantochloa sp. (crédit photo: Lihua Jiang, http://www.yunnan-bamboo.com)

Le pourcentage de germination après une floraison reste cependant relativement faible lorsqu’il se fait naturellement. Par exemple, une étude menée sur un peuplement de bambou Dendrocalamus membranaceus a montré qu’entre 1,76% et 7,49% des graines germent naturellement suite à la floraison, contre 59,6% à 71,0% en pépinière.

Plant de bambusa longinternode
Plant de bambusa longinternode à partir d'une graine

Votre bambou fleurit: Que faire ?

Si votre bambou fleurit, la première solution consiste à le laisser fleurir et à récolter ses graines pour les faire germer. Vous pouvez essayer de les laisser aux pieds du bambous et attendre qu’elles germent, mais comme indiqué précédemment, vous pouvez multiplier les chances de germination par plus de 10 en le faisant par vous même. Attention, car certaines graines se conservent très peu longtemps et vous devez donc rapidement les mettre en germination. Après germination, vous pourrez retrouver votre bambou avec la même taille qu’avant après 7 à 10 ans.

Une deuxième solution consiste à couper les chaumes mort, et de continuer de l’arroser et de le fertiliser pour favoriser le phénomène de rajeunissement asexué que nous verrons juste après. Si votre bambou est en pleine terre, vous pouvez prélever des morceaux de rhizomes et faire cette opération dans des pots.

Phénomène peu connu, le rajeunissement asexué permet aussi la régénération des peuplements de bambou

Certaines espèces de bambou fleurissent et meurent sans produire aucune graine viable

Pourtant, ces espèces perdurent dans le temps et se régénère quand même. Ceci est dû à un deuxième phénomène très peu connu qui a lieu en même temps que la floraison au niveau des rhizomes du bambou: Le rajeunissement asexué.

En effet, lors de la floraison d’un peuplement de bambous, les rhizomes peuvent produire des nouvelles pousses au niveau des bourgeons, formant de petit chaumes faibles qui fleurissent également généralement l’année en cours. 

Cependant, ces nouveaux chaumes, même s’ils sont faibles et vont fleurir comme les autres chaumes, ont le temps de produire de nouveaux rhizomes qui vont continuer à se développer et à former de nouveaux petits chaumes qui eux ne fleuriront pas. Ces nouveaux chaumes vont donc permettre de redémarrer un nouveau cycle de vie des bambous !

Certaines espèces de bambou, telles que Pleioblastus amarus et d’autres se renouvellent ainsi principalement de cette manière.

Les floraisons grégaires du bambou menacent l’équilibre écologique de certains milieux

Quand les bambous de sous-étage font leurs fleurs…

Chusquea culeou (Jason Hollinger, CC - BY - CA 2.0)
Chusquea culeou (Jason Hollinger, CC - BY - CA 2.0)

Le bambou occupe une position dominante dans les sous-étages de nombreuses forêts tempérées et subtropicales du monde entier. La floraison des bambous de sous-étage sur de grandes surfaces peut donc avoir des conséquences environnementales.

Par exemple, une étude a été menée sur la floraison de l’espèce de bambou indigène Chusquea culeou. Cette espèce forme un sous-étage dense monospécifique dans les forêts de hêtres du sud de la Pentagonie sur 200 000 hectares. Le bambou Chusquea culeou a fleurit au cours de l’été 2001. La floraison de ce bambou a eu de nombreux effets sur la germination et la croissance de graines d’autres plantes dont notamment le N. obliqua (Giordano et al, 2009)

La floraison du bambou met en danger le panda géant

Panda qui mange un chaume de bambou

99% du régime alimentaire du panda géant est issu du bambou. Or, après avoir fait ses fleurs, le bambou meurt.

Les conséquences d’une floraison du bambou sur de larges surfaces dans les zones où le panda (et autres herbivores spécialisés du bambou) se situe peuvent donc être graves. Par le passé, de nombreux pandas sont morts à cause des floraisons massives du bambou.

Par exemple, entre les années 1970 et 1980, 2 épisodes de floraison à grande échelle de bambou Fargesia ont entraînés la mort de nombreux panda géants: 138 pandas géants morts ont été retrouvés par les chercheurs (Tian et al., 2019)

Des solutions peuvent cependant être mises en place telles que la constitution de couloirs pour relier les habitats out le placement dans d’autres réserves naturelles.

Les explosions démographiques de granivores ravagent les cultures suite à la floraison du bambou

Rat en train de se nourrir de graines
Rat en train de se nourrir de graines

Le bambou Melocanna baccifera est naturellement distribué au Nord-Est de l’Inde, au Népal, à Myanmar et au Bangladesh. Il y couvre une surface de plus de 2 600 000 hectares. (Singleton, 2010)

Melocanna baccifera est un bambou sympodial (=non traçant, cespiteux) qui peut faire plus de 20 mètres de hauteur.

Cependant, à l’inverse de la plupart des bambous cespiteux, ses rhizomes sont longs. Ils produisent donc des bosquets avec des chaumes plus espacés que la plupart des autres bambous sympodiaux. C’est un bambou très colonisateur qui forme souvent la végétation dominante des pentes des collines tropicales et subtropicales sur lesquelles il pousse.

Lors de la floraison périodique des bambous Melocanna baccifera (tous les 45 à 50 ans), plus de 83 tonnes de fruit par hectare sont produits, entraînant ainsi une explosion des populations de rongeurs. La dernière floraison massive du bambou Melocanna baccifera a eu lieu en 2004.

Le problème, c’est que les rongeurs ne se contentent pas des fruits tombés, ils se nourrissent aussi des cultures environnantes.

Ce phénomène a créé de nombreux problèmes de famine, notamment dans l’état de Mizoram. La surface totale de cet état est de 2 108 700 hectares dont 921 000 hectares étaient recouverts par Melocanna Baccifera en 2009.

(Singleton, 2010)

Vous savez maintenant (presque) tout sur la floraison du bambou ! Si vous avez déjà vu votre bambou en fleurs, n’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires de cet article.

Pour la suite, vous pourriez sans doutes être intéressé(e) par mon article sur la germination des graines de bambou ou celui sur la perte des feuilles du bambou. N’hésitez pas à faire un tour sur cet article !

Cet article vous a été utile ?

Ne manquez pas toutes les nouveautés sur le bambou cette année !

Inscrivez vous dès maintenant à la newsletter:

Bambou France

Liste des références bibliographiques

Das, M. C., Singnar, P., Nath, A. J., & Das, A. K. (2018). Flowering of Dendrocalamus hamiltonii in Northeast india during recent years. [En lingne]

Gao, J., Zhang, Y., Zhang, C., Qi, F., Li, X., Mu, S., & Peng, Z. (2014). Characterization of the floral transcriptome of Moso bamboo (Phyllostachys edulis) at different flowering developmental stages by transcriptome sequencing and RNA-seq analysis. PloS one, 9(6). https://onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1111/pbi.12593

Giordano, C. V., Sánchez, R. A., & Austin, A. T. (2009). Gregarious bamboo flowering opens a window of opportunity for regeneration in a temperate forest of Patagonia. New Phytologist, 181(4), 880-889. https://nph.onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1111/j.1469-8137.2008.02708.x

Isagi, Y., Shimada, K., Kushima, H., Tanaka, N., Nagao, A., Ishikawa, T., … & Watanabe, S. (2004). Clonal structure and flowering traits of a bamboo [Phyllostachys pubescens (Mazel) Ohwi] stand grown from a simultaneous flowering as revealed by AFLP analysis. Molecular Ecology, 13(7), 2017-2021. 

Lin, X. C., Chow, T. Y., Chen, H. H., Liu, C. C., Chou, S. J., Huang, B. L., … & Fang, W. (2010). Understanding bamboo flowering based on large-scale analysis of expressed sequence tags. Genet Mol Res, 9(2), 1085-1093. http://www.funpecrp.com.br/gmr/year2010/vol9-2/pdf/gmr804.pdf

Ramanayake, S. M. S. D., & Weerawardene, T. E. (2003). Flowering in a bamboo, Melocanna baccifera (Bambusoideae: Poaceae). Botanical Journal of the Linnean Society, 143(3), 287-291.

Sarma, V. V. (2009). Flowering of Melocanna baccifera (Bambusaceae) in northeastern India. Curr Sci, 96(9), 1165. [En ligne]. Disponible sur: https://www.researchgate.net/profile/Solomon_Kiruba/publication/284341484_Flowering_of_Melocanna_baccifera_Bambusaceae_in_northeastern_India/links/5d8bafbd458515202b68efa8/Flowering-of-Melocanna-baccifera-Bambusaceae-in-northeastern-India.pdf

Singh, A. P. (2019). Chapter-3 Bamboo Flowering and Its Consequences in North East India. Chief Editor Dr. RK Naresh, 67

Singleton, G. R. (2010). Rodent outbreaks: ecology and impacts. Int. Rice Res. Inst.

Tian, Z., Liu, X., Fan, Z., Liu, J., Pimm, S. L., Liu, L., … & Wang, T. (2019). The next widespread bamboo flowering poses a massive risk to the giant panda. Biological conservation, 234, 180-187. 

Xie, N., Chen, L. N., Wong, K. M., Cui, Y. Z., & Yang, H. Q. (2016). Seed set and natural regeneration of Dendrocalamus membranaceus Munro after mass and sporadic flowering in Yunnan, China. PloS one, 11(4). [En ligne] Disponible sur: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4831783/


Partagez ce contenu à vos amis:

Cet article vous a aidé ?

Ne manquez pas les dernières nouveautés sur le bambou en 2021 !

Indiquez votre adresse e-mail: